LES VŒUX 2022 DES TROIS MAGES DE L’EPIPHANIE1 ?

Durant mon oraison à la crèche ce matin, j’ai vu tout à coup les rois2 mages se pencher du haut d’un balcon du Ciel, et nous regarder attentivement. Ils pouvaient nous voir dans la Lumière du Verbe qu’ils avaient adoré il y a 2000 ans. Je vous avoue les avoir écoutés attentivement parler entre eux.

– Eh bien, commença Balthazar, ils n’ont pas le moral les petits cathos français… entre les malades de la COVID, les inquiets de l’inflation, les révoltés contre le pass vaccinal, les déçus des décisions liturgiques romaines, ces gaulois râlent, grondent, bougonnent, encore plus que d’habitude.

– Il faut dire, poursuivit Gaspard, qu’ils ont bien des raisons d’être inquiets et scandalisés, par
toutes ces absurdités et injustices, mais aussi par la banalisation de l’avortement ou de la sorcellerie3,
l’islamisation ou les vagues migratoires qui ne font que commencer à voir la démographie africaine. Et
puis, je vois leurs médias submergés par les lobbys LGBT, la mollesse ou la trahison des clercs… Et
on ne parle pas de la dette, des bruits de guerre à leurs portes… On pourrait multiplier les mauvaises
nouvelles, car on voit bien, de là où nous sommes, de sombres nuages qu’ils n’aperçoivent pas encore.

– J’entends même, renchérit Melchior, que certains pensent que la fin du monde est proche,
que l’Antéchrist et la Bête de l’apocalypse avancent la possibilité de leur pouvoir grâce au vaccin, au
puçage de nanoparticules, à la 5G et autres contrôles à reconnaissance faciale. Les pauvre sont saturés
d’informations vraies et fausses, difficiles à vérifier tant les mensonges sont crédibles sur internet.

– Cela dit, coupa Balthazar, il est vrai que le chapitre 13 de l’Apocalypse va se réaliser un jour :
Saint Jean l’annonce : la Bête démoniaque sera si puissante que « par ses manœuvres, tous, petits et
grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front, et nul ne pourra rien
acheter ni vendre s’il n’est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom. C’est ici qu’il faut de la finesse ! Que l’homme doué d’esprit calcule le chiffre de la Bête, c’est un chiffre d’homme : son chiffre, c’est 666. » (Ap. 13, 16-18)

Et il est vrai que la prolifération de 666 depuis le début de la pandémie peut faire réfléchir4.
– Cela dit, reprit Gaspard, le plus inquiétant n’est pas le pouvoir croissant du diable, mais la
tiédeur des chrétiens. Ce qui m’inquiète n’est pas le nombre des démons, mais la légèreté avec laquelle
les chrétiens et même les consacrés, déjà si peu nombreux, traitent leur vie spirituelle.

– C’est vrai, poursuivit Melchior, beaucoup passent un temps incroyable sur leurs écrans à se
passionner pour ces nouvelles qui sont parfois, pas toujours, de purs mensonges et des complots
imaginaires, nourrissant leur amertume et divisant leurs familles, inquiétant leurs âmes et troublant leur
paix et leur union avec Dieu, qui importe infiniment plus que la fin du monde.

– Alors qu’est-ce qu’on pourrait faire pour eux, demanda Balthazar ? En ce premier dimanche
2022, ils s’offrent des vœux… on pourrait peut-être demander à Dieu, dans la Communion des Saints,
à leur faire des cadeaux, comme on l’a fait à la crèche il y a 2000 ans.

– C’est vrai cela, remarqua Gaspard. Moi, j’aimerai leur offrir l’or de l’espérance. Enfin quoi,
l’or dans la nature, est une merveille enfermée dans d’autres minerais qui le cachent comme du charbon
sale. Ils râlent si souvent. Je pourrai leur inspirer de chercher toutes les belles choses de leur vie : la beauté des paysages et la joie des sourires, la santé, les biens matériels, la foi surtout ! S’ils voyaient comme nous toutes les misères de l’histoire, ils relativiseraient leurs soucis et seraient tendus vers Dieu.

– Oui, renchérit Balthazar, eux se plaignent de gouvernants de plus en plus tyranniques, mais
nous, nous avions en face de nous Hérode et son massacre des innocents juste après notre départ de
Bethléem (Mt 2, 16). Ils reprochent parfois à leurs pasteurs de ne pas bien les guider, mais les grands prêtres et autres scribes de Jérusalem nous ont informés sur la ville de naissance de l’Enfant divin sans se déplacer avec nous (Mt 2, 4-6) : bref, des intellos sans la foi et la charité.

– Et tu voudrais quoi pour eux, demanda Melchior ?

Balthazar réfléchit un instant, fronçant les sourcils tout blancs sous sa belle auréole.

– L’encens de la prière et de l’adoration en particulier. Combien de temps passent-ils sur les
réseaux sociaux et combien à adorer Jésus au Très Saint Sacrement ? Pourtant, il est encore plus accessible et facile à trouver que pour nous ! Nous avons eu à suivre une étoile et à faire à chameau des milliers de kms, eux ont à chercher une lampe rouge et à ne faire que de petites distances ! Mais ils sont si souvent indifférents à cette présence divine qui devrait les faire pleurer de joie !

– C’est vrai que leurs génuflexions sont parfois un peu routinières, ajouta Gaspard en faisant la
grimace. Tout vieux que nous étions, nous nous sommes prosternés devant l’Enfant-Roi et sa mère avec un infini respect.

– En plus, poursuivit Balthazar, dans deux mois exactement, les français vont fêter un
centenaire important. Celui de la proclamation par le pape Pie XI de Notre Dame de l’Assomption comme patronne principale de la France le 2 mars 1922. C’est l’occasion de  renouveler leur ferveur mariale, d’encourager un renouveau de leurs consécrations individuelles et communautaires. Vont-ils le faire ? Bon et toi Melchior ?

– Ben… si vous leur souhaitez des vœux 2022 avec l’or de l’espérance et l’encens de
l’adoration… il faut bien que je trouve quelque chose en rapport avec la myrrhe que j’ai offerte au
divin enfant, mais je cale un peu pour lui trouver un symbole, avoua Melchior.
Balthazar et Gaspard se taisaient et priaient le Saint Esprit pour qu’il ait une idée géniale. Mais
Melchior était toujours un peu lent.

– Ça y est, j’y suis ! la myrrhe était destinée à embaumer le corps du Sauveur. Les pères de l’Eglise
y ont vu une image des sacrifices, des mortifications et autres acceptations des épreuves de la vie !

– Et tu veux leur faire avaler cela au milieu des chocolats et des guirlandes de Noël demandèrent
Balthazar et Gaspard ? C’est un peu décalé comme vœux de bonne année 2022…

– Pourtant je suis certain, affirma Melchior, qu’ils sont généreux et voudront déposer leurs
râleries à la crèche avec leur plus beau sourire. Ils savent que l’Enfant de la crèche a sauvé le monde
par les souffrances de la croix et qu’ils peuvent faire un bien considérable à ce monde de fous en
l’imitant à leur mesure. Ils pourront offrir par amour de petits sacrifices pour le salut des âmes, surtout les plus tristes et loin de Dieu et pour les futurs gouvernants de la France qui seront élus cette année. Balthazar et Gaspard sourirent et se souvinrent. Il est vrai qu’en quittant la crèche et en revenant chez eux par un autre chemin (Mt 2, 12), ils avaient gardé l’espérance de la crèche, prié et offert des sacrifices pour Hérode et Pilate. Ainsi soit-il !

Un Père de Lagrasse

  1. Homélie du 2 janvier 2022, au monastère Mater Dei des www.soeursdazille.com . Solennité de l’Epiphanie.
  2.  Nous n’entrons pas dans le débat de savoir si les Mages étaient 3 ou plus, rois ou pas et de savoir leurs prénoms. Cf. Chn Grégoire
    de GUILLEBON (icrsp), Les rois mages dans le mystère chrétien, www.librim.fr , 2020 et Joseph RATZINGER-BENOÎT XVI, L’Enfance
    de Jésus, Paris, Flammarion, 2012. Voir p. 131 sur les quatre sens du mot μάγοι (magoï), traduit par mages. Il est probable que les Mages
    de Mt 2, 1-2 et 9-10 aient été des magiciens astrologues païens, probablement membres d’une caste sacerdotale persane.
  3. Un exemple parmi 1000 : le hashtag #witchtok (tutoriels de sorcellerie) visité près de 3 milliards de fois par des jeunes fans de
    TikTok…ou l’exposition très officielle à Toulouse en 2021 : https://www.museum.toulouse.fr/agenda?oaq%5Buid%5D=41820389
  4. Cf : https://www.leforumcatholique.org/message.php?num=931983 qui semble sourcé.

Laisser un commentaire