PROJET DE LOI DE BIOETHIQUE : BEAUCOUP DE QUESTIONS, MAIS PAS D’ETHIQUE !

  • En permettant la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, La loi de bioéthique va permettre la naissance d’enfants sans père. Est-ce juste alors que la Convention internationale des Droits de l’enfant (signée par la France) dit que tout enfant a le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux , et que la présence d’un père joue un rôle important dans l’équilibre d’un enfant?

  • La loi prévoit le remboursement de la PMA par la sécurité sociale: la société doit-elle prendre en charge les projets de personnes qui ne souffrent d’aucune pathologie, alors que notre système de santé manque cruellement de moyens? Ne vaudrait-il pas mieux mener une politique de prévention de l’infertilité pour tous?

 

  • Les femmes seules pourront demander la PMA. Est-ce une bonne chose de multiplier les familles monoparentales qui sont plus fragiles et qui ont besoin d’être aidées ?

 

  • On manque déjà aujourd’hui des gamètes nécessaires au petit nombre de couples qui, pour raison médicales, ont besoin d’un donneur extérieur. Avec la PMA POUR TOUTES, les besoins seront bien plus importants. La gratuité des dons va disparaître, les donneurs seront rémunérés et sélectionnés : Veut-on vraiment faire de la reproduction un marché et qu’un enfant soit « choisi » à partir d’un catalogue ?

 

  • Si l’on autorise les femmes à avoir des enfants « sans père», comment refuser ensuite aux hommes d’avoir des enfants « sans mère» ? La seule solution sera alors d’autoriser la GPA (gestation pour autrui) pourtant interdite aujourd’hui en droit français, car elle fait du corps de la femme et de l’enfant des objets achetables, et les fait souffrir. Faut-il l’admettre?

 

  • Le projet de loi permet aux femmes de congeler leurs ovocytes pour reporter leur projet de grossesse. Se rappelle-t-on que les chances de grossesse diminuent fortement avec l’âge et que cette technique est très coûteuse?

 

  • Le projet de loi de bioéthique élargit les possibilités de recherche sur l’embryon humain, abaissé au rang de «matériau» biologique, et des expérimentations comportant le mélange entre cellules humaines et cellules animales (création de « chimères»). Où est le respect de la dignité humaine et celui de l’animal?

 

  • La loi envisage aussi une sélection des embryons et l’élimination de ceux qui seraient porteurs d’une anomalie génétique. C’est admettre l’eugénisme, que l’on a reproché aux nazis. Où sont l’acceptation de la différence et la solidarité que l’on prétend défendre aujourd’hui?

 

  • La dernière version du projet de loi votée fin juillet par l’assemblée nationale en 2e lecture a élargi l’interruption médicale de grossesse (IMG) aux cas de « détresse psychosociale». Sur la base d’un critère aussi vague on va permettre la suppression d’un enfant à naître bien portant jusqu’à la veille de l’accouchement, puisque contrairement à l’IVG qui ne peut intervenir qu’avant la 12e semaine, l’IMG peut être pratiqué jusqu’au bout de la grossesse. Est-ce vraiment éthique???

 

CONCLUSION :

Le projet de loi sur la bioéthique pose de nombreuses questions de justice et d’équité. Il est bien loin d’être éthique, et n’a rien non plus d’écologique ! Il ne respecte pas la dignité des enfants, des femmes et des hommes. Ses conséquences financières vont peser sur notre système de santé. Il VA SURTOUT FAVORISER LES LABORATOIRES QUI N’ATTENDENT QUE CETTE OCCASION POUR GAGNER DE L’ARGENT en exploitant des désirs individuels. NE LAISSONS PAS FAIRE SANS RIEN DIRE !

Signons la pétition https://www.mesopinions.com/petition/politique/pma-pere-papa-es/73686

Manifestons avec le COLLECTIF MARCHONS ENFANTS 

le SAMEDI 10 OCTOBRE

TOUTE LA FRANCE !

Laisser un commentaire