« Allez, en route ! » s’exclama Paul ! À peine sorti de cours, il avait pris sa voiture pour récupérer Madeleine, et ils filaient tous les deux sur l’autoroute du Soleil, direction le Barroux. C’était l’occasion pour eux de retrouver leurs amis quittés à la fin du camp d’été.
Après l’autoroute, ils bifurquent sur une nationale, puis sur des routes de plus en plus petites, pour arriver à destination, le parking de l’abbaye Sainte Madeleine.

Au même moment, Guillaume et les demoiselles qu’il a récupéré auparavant à la gare de Carpentras attendent patiemment les clés, tous adossés à la 207. Lorsqu’ils entendent peu à peu le vrombissement du moteur de la Clio se rapprocher, et voient le bout du capot sortir du virage. Là, les deux lyonnais descendent, et les checks du coude se suivent, les salutations fusent (dans le respect des gestes barrière, évidemment).

Dans le quart d’heure suivant, tous les animateurs attendus arrivent, et le weekend est bel et bien lancé. Tous vont poser leurs affaires dans les dortoirs, avant d’écouter attentivement le bilan de l’année écoulée, du camp passé et les pistes de progression. L’attention se lit sur les visages ; des sourires et des rires francs s’esquissent même au détour de certaines remarques et traits d’humour du chef de chapitre. Arrive le tant attendu goûter, qui ravit les plus gourmands, ce qui représente quand même la majorité des présents ! Pour accompagner ce moment de détente et de convivialité, quoi de mieux qu’une bonne partie de pétanque ?

Puis, direction la crypte du monastère pour la passation de flambeau du chef, et la nouvelle brochette de nominations. Moment toujours solennel et émouvant, puisqu’un chef nous quitte après 2 ans de service, et un nouveau chef d’équipe est nommé. Les générations se suivent, et se ressemblent dans ce qu’elles ont de noble : ce sens de l’engagement et du service des autres.

Le temps de prier le chapelet, d’enfiler les maillots de bain, et nous voilà partis en direction des Gorges du Toulourenc, pour un pique-nique et une baignade… dans 10 cm d’eau fraîchement « vivifiante » comme le dit si bien Baudouin. Une fois les estomacs nourris, les langues déliées par les discussions toutes plus intéressantes que celles du voisin, et les mollets rafraîchis, il est l’heure d’aller coller quelques affiches pour montrer notre engagement au service de la vie humaine et contre la marchandisation du corps humain.

Après une nuit reposante et calme, l’oraison qui précède le petit déjeuner permet de réveiller les âmes et les esprits en train d’émerger. Les topos sur la vie d’équipe et la présentation du thème de l’année (« Je suis la Voie, la Vérité, la Vie ») occupent notre matinée jusqu’à la messe dominicale. Tous peuvent admirer une dernière fois la beauté de l’abbatiale pendant leurs actions de grâce, avant d’aller déjeuner et réfléchir au programme de l’année en équipe, afin de préparer au mieux des activités qui dépotent.

Enfin, l’heure du retour sonne, et chacun s’en retourne chez lui, le cœur rempli de joie et de motivation pour faire de son mieux pour l’équipe qui lui est confiée.

Laisser un commentaire