Père Eternel, je vous offre le Sacré-Cœur de Jésus avec tout son amour, toutes ses souffrances, tous ses mérites.

Pour expier tous les péchés que j’ai commis aujourd’hui et durant toute ma vie. Gloire au père, etc …

Pour purifier le bien que j’ai mal fait aujourd’hui et durant toute ma vie. Gloire au père, etc …

Pour suppléer le bien que j’ai négligé de faire aujourd’hui et durant toute ma vie. Gloire au père, etc …

NOTA – Une pauvre Clarisse défunte apparut, à son Abbesse qui priait pour elle et lui dit : « Je suis allée droit au Ciel ; car par les moyens de cette prière récitée chaque soir, je payais toutes mes dettes et j’ai été préservée du purgatoire.»

 

(Padre Pio disait chaque jour cette neuvaine pour tous ceux qui se recommandaient à ses prières)

 

O Jésus, qui avez dit : " En vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira !" voici que je frappe, je cherche et je demande la grâce ......
Pater, Ave, Gloria,
Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

O Jésus, qui avez dit : " En vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon Nom, il vous l'accordera ! " voici qu'en votre Nom je demande la grâce ....
Pater, Ave, Gloria,
Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

LA FRANCE ET LE SACRÉ-CŒUR

À Louis XIV, Poincaré et Consorts…

 

À la suite de la mort survenue à Loublande, le 29 janvier 1972, de Claire FERCHAUD (Sœur Claire de Jésus Crucifié), la presse a reproduit le texte de la lettre qu’elle adressait le 7 mai 1917 à 14 généraux d’armée.

En 1917, la France, trahie de l’intérieur, était au bord de la défaite et de la révolution (Sans l’intervention providentielle, la France aurait connu en 1917 le sort de la Russie livrée à la Révolution). Dans toutes les églises et chapelles, matin et soir, les catholiques priaient, récitaient le rosaire, imploraient le Sacré-Cœur. Par millions, au front comme à l’arrière, civils et militaires, femmes et enfants portaient sur la poitrine la cocarde tricolore avec l’insigne du Sacré-Cœur selon la demande faite par Notre-Seigneur à sainte Marguerite-Marie le 17 juin 1689 et renouvelée en 1917 à sa jeune messagère Claire Ferchaud.

Celle-ci, le 1er janvier 1917 adressait au Président de la République, Raymond Poincaré, une lettre lui faisant part du message qui, sur l’ordre de Dieu, devait lui être transmis. Des détails intimes, connus seulement du Président accréditaient le caractère divin de l’avertissement.

Ce message peut se résumer en une double demande :

1) La conversion du Président de la République.

2) L’apposition du Sacré-Cœur sur le drapeau national.

Cette lettre fut remise au Président le 16 janvier 1917. En voici le texte :

 

Sainte Marguerite reçut beaucoup de dons mystiques et quelques révélations de la part de Jésus.

Voici la liste des douze promesses du Sacré Coeur que le Seigneur révéla à la Sainte :

 

1. Aux dévots de mon Sacré Coeur je donnerai toutes les grâces et les aides nécessaires à leur état.

2. J’établirai et maintiendrai la paix dans leurs familles.

3. Je les consolerai dans toutes leurs afflictions.

4. Je serai pour eux un refuge assuré dans la vie et surtout à l’heure de la mort.

5. Je répandrai d’abondantes bénédictions sur leur travail et entreprises.

6. Les pécheurs trouveront dans mon Coeur une source intarissable de miséricorde.

7. Les âmes tièdes deviendront ferventes en pratiquant cette dévotion.

8. Les âmes ferventes s’élèveront rapidement à une grande perfection.

9. Ma bénediction restera dans les lieux où est exposée et vénérée l’image du Sacré Coeur.

10. À tous ceux qui agissent pour le salut des âmes, je donnerai la grâce pour pouvoir convertir les coeurs les plus endurcis.

11. Les personnes qui propageront cette dévotion auront pour toujours leurs noms écrits

dans mon coeur.

12. À tous ceux qui communieront les premiers vendredis de 9 mois de suite, je donnerai la

grâce de la persévérance finale et le salut éternel.

Prochaines activités