Covoiturage depuis Lyon, le « Nord » comme ils l’appellent là-bas. Attente du relais qui se déplace en Fiat Punto. Arrivée du chauffeur n°1 du CSM, aka Nico. Demi tour presque effectué au frein à main pour récupérer l’oubliée de la gare. Et enfin, la joyeuse troupe arrive dans le soleil, la poussière du parking et le silence religieux. Et nous sommes plongés immédiatement dans l’atmosphère si singulièrement agréable, respirant la paix de Dieu, caractéristique de ce monastère. Dès les premières minutes, le service est de mise, avec comme tâche le déchargement de l’intendance pour la semaine. Puis, nous plongeons enfin pleinement dans le SFA avec l’accueil du Père François de Sales, suivi de son topo sur la mixité. Le programme est très varié, et reprend évidemment les piliers du chapitre : l’amitié, que l’on retrouve lors des repas pris en commun, suivis généralement de jeux de société, ou de sport en journée, ainsi que lors des discussions qui suivent les exposés, ou lors des temps libres ; la prière, avec des offices et des messes qui agrémentent nos journées de moments de respiration spirituelle ; la formation, avec des exposés d’intervenants tous plus intéressants les uns que les autres, maîtrisant leur sujet avec brio, et avec une répartie parfois désopilante ; enfin, l’action, avec une mise en œuvre des talents de chacun pour la veillée et l’activité mystère.

Une des plus grandes grâces que nous ayons reçue lors de ce SFA fut pour moi la rencontre avec les époux Bondonnat. Ce témoignage d’amour et de fidélité conjugale a été très émouvant pour la plupart des jeunes présents avec qui j’ai pu échanger. M. et Mme Bondonnat nous ont fait l’honneur de rester dîner avec nous.

Le SFA en tant que tel, c’est un exercice de la vie chrétienne dans tous ses aspects, c’est une respiration spirituelle, intellectuelle et amicale. Cette année, il a d’autant plus été marqué par l’incendie de Notre Dame de Paris, événement dramatique qui est intervenu juste à la fin de notre chapelet le lundi de la semaine sainte. Tous les jeunes présents ont passé la soirée à prier et échanger sur l’incendie. Le SFA, si je devais enfin le résumer, c’est la philosophie du Chapitre que l’on vit à fond pendant presque une semaine, c’est un moment propice à la rencontre. Entre les hommes, quand de nouvelles têtes arrivent, entre l’homme et la foi, quand les arrivants n’ont jamais entendu parler de religion, et enfin entre Dieu et nos âmes, parce que chacune d’elles a besoin de se retrouver en tête à tête avec son Créateur.

Laisser un commentaire